AVALON FANTASY FORUM

AVALON FANTASY FORUM

AVALON est un forum de discussion dédié aux différents Univers de la fantasy, science-fiction, mythologie, sous toutes leurs formes d'expression.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Traducteur
AVALON


Avalon Fantasy Forum

Faites également la promotion de votre Page

Derniers sujets
» LDVELH - Les livres dont vous êtes le héros
Lun 13 Avr - 7:46 par paulux

» Créspuscule déchaîné, de Paul Blanchot
Mar 24 Fév - 14:55 par paulux

» Nick Kyme Dan Abnett, Imperium Secundus et Vulkan est Vivant
Ven 19 Sep - 17:07 par Admin

» Mélanie Stone et la cité maudite
Mer 20 Aoû - 21:40 par mariannelisika

» FAËRIE
Mer 6 Aoû - 14:28 par psysco

» Deathwatch de Steve Parker
Ven 1 Aoû - 20:49 par Admin

» Übel Blatt de Etorouji Shiono
Ven 20 Juin - 21:32 par Admin

» ARAWN DE RONAN LE BRETON
Ven 20 Juin - 21:28 par Admin

» GODZILLA 2014
Lun 2 Juin - 20:51 par Laurent Marv

» Votre critique de Le Seigneur de l'arc d'argent de David Gemmell
Lun 2 Juin - 20:47 par Laurent Marv

» TERRA FORMARS de YU SASUGA
Mer 21 Mai - 16:58 par Admin

» "Félon" de Aaron Dembski-Bowden, Cycle Horus Heresy
Jeu 1 Mai - 9:11 par Admin

» Captain America : The Winter Soldier
Sam 19 Avr - 7:13 par Admin

» La Voie du Dragon de Daniel ABRAHAM/HANOVER
Ven 18 Avr - 22:58 par Laurent Marv

» Les Mensonges de Locke Lamora
Jeu 17 Avr - 23:09 par Admin

» La Voie de la Colère
Jeu 17 Avr - 23:02 par Admin

» Le Dernier Rayon du Soleil
Jeu 17 Avr - 22:55 par Admin

» Stonehenge
Jeu 17 Avr - 22:47 par Admin

» L'ange Exterminatus : La chair et le fer de Graham McNEILL / The Horus Heresy, tome 22
Lun 14 Avr - 15:21 par psysco

» Fiche de Dark Moon
Mer 26 Fév - 11:36 par Admin

» ARTHUR PENDRAGON
Jeu 20 Fév - 8:59 par Admin

» Mabinogion, Les Chroniques Gaéliques
Jeu 20 Fév - 8:56 par Admin

» Citations
Jeu 20 Fév - 8:20 par Admin

» DRACULA
Jeu 20 Fév - 8:10 par Admin

» Fiche de The City de Stella Gemmell
Jeu 20 Fév - 8:03 par Admin

» STARS WARS : ACTUALITES ET NEWS
Mer 19 Fév - 11:38 par Admin

» Les Gardiens de la Galaxie : LA bande-annonce
Mer 19 Fév - 11:27 par Admin

» "Détruire Carthage" de David Gibbins
Lun 17 Fév - 23:03 par Admin

» Qui a peur de la mort ? de Nnedi OKORAFOR
Sam 15 Fév - 14:46 par Laurent Marv

» ACTUALITES
Sam 8 Fév - 13:31 par Admin

» Entretien avec ALEXE / Lancelot du 23/03/2013
Jeu 6 Fév - 21:49 par Admin

» Entretien avec William Thorval 01 juillet 2013
Jeu 6 Fév - 21:46 par Admin

» Entretien avec Jacques Martel 03 Juin 2013
Jeu 6 Fév - 21:40 par Admin

» Entretien avec Scott Oden / Interview to Scott Oden du 06 Mai 2013
Jeu 6 Fév - 21:36 par Admin

» ELFES DE JEAN-LUC ISTIN
Mar 4 Fév - 17:44 par Admin

» LE CREPUSCULE DES DIEUX
Mar 4 Fév - 17:37 par Admin

» Cœur d'Acier / Steelheart de Brandon Sanderson
Lun 3 Fév - 20:32 par Laurent Marv

» Fiche de Légende
Sam 1 Fév - 18:43 par Laurent Marv

» Le faiseur de tempêtes, par Tia Belen
Ven 24 Jan - 21:24 par Tia Belen

» La Rune du loup / Wolfsangel de M.D. LACHLAN
Jeu 23 Jan - 18:34 par Laurent Marv

» JEU DE BULLES V
Lun 20 Jan - 13:18 par Admin

» Votre critique de Le roi sur le seuil de David Gemmell
Lun 20 Jan - 9:59 par Laurent Marv

» Thor : Le Monde des ténèbres
Jeu 9 Jan - 15:26 par LIONDACIER

» Au-delà de la rivière Noire / Beyond the black River de Robert E. HOWARD
Lun 6 Jan - 12:07 par Laurent Marv

» Black Sails
Sam 4 Jan - 17:18 par Admin

» VIKINGS de Michael Hirst
Sam 4 Jan - 17:16 par Admin

» LE SANG QUE L'ON VERSE de Yann DE SAINT-RAT
Sam 4 Jan - 0:30 par Laurent Marv

» PRIX 2013, RED COUNTRY DE JOE ABERCROMBIE
Ven 3 Jan - 22:20 par Admin

» PRIX 2013, MALICE DE JOHN GWYNNE
Ven 3 Jan - 22:16 par Admin

» PRIX 2013, THE BLINDING KNIFE DE BRENT WEEKS
Ven 3 Jan - 22:14 par Admin

» DAVID GEMMELL AWARDS
Ven 3 Jan - 22:08 par Admin

» JEU DE BULLES IV
Ven 3 Jan - 22:06 par Admin

» JEU DE BULLES III
Ven 3 Jan - 22:05 par Admin

» JEU DE BULLES II
Ven 3 Jan - 22:02 par Admin

» JEU DE BULLES I
Ven 3 Jan - 21:58 par Admin

» CONAN : LES PASTICHES
Ven 3 Jan - 14:09 par Laurent Marv

» THE PAGAN LORD
Ven 3 Jan - 14:04 par Laurent Marv

» The Wolverine
Jeu 2 Jan - 23:13 par SINDERIA

» LES CHRONIQUES DE NIGHTSHADE de Stan NICHOLLS
Jeu 2 Jan - 19:17 par Admin

» LA LEGENDE DE CUCHULAIN
Mer 1 Jan - 12:47 par Admin

» VOTRE PODIUM "SÉRIE FANTASY" DE L’ANNÉE 2013 !
Mer 1 Jan - 12:37 par Admin

» VOTRE PODIUM "FILM FANTASY" DE L’ANNÉE 2013 !
Mer 1 Jan - 12:36 par Admin

» VOTRE PODIUM "BD FANTASY" DE L’ANNÉE 2013 !
Mer 1 Jan - 12:32 par Admin

» VOTRE PODIUM "ROMAN FANTASY " DE L’ANNÉE 2013 !
Mer 1 Jan - 12:31 par Admin

» Votre critique de Les épées du jour et de la nuit de David Gemmell
Lun 30 Déc - 14:50 par Admin

» Votre critique de Les guerriers de l'hiver de David Gemmell
Lun 30 Déc - 8:24 par LIONDACIER

» Le Brasier de Justice de A-H Japp
Ven 20 Déc - 10:08 par LIONDACIER

» ARROW saison 2
Jeu 19 Déc - 21:22 par Admin

» Fiche de Renégats / Knights of Dark Renown
Jeu 19 Déc - 21:11 par Admin

» ACTUALITES
Jeu 19 Déc - 21:08 par Admin

» Le Hobbit : la Désolation de Smaug, de Peter Jackson
Jeu 19 Déc - 10:06 par LIONDACIER

» QUESTIONS OUVERTES : David Gemmell
Jeu 19 Déc - 9:54 par LIONDACIER

» Liondacier de Léonard Dacier
Jeu 19 Déc - 9:48 par LIONDACIER

» World War Z
Mar 17 Déc - 18:59 par Laurent Marv

» MARTYRS, LIVRE I de Olivier PERU
Mer 4 Déc - 18:32 par Admin

» MINAS TAURUS
Lun 2 Déc - 16:48 par Laurent Marv

» SIGNUS DAEMONICUS de James SWALLOW
Sam 30 Nov - 13:26 par Admin

» LES AIGLES DE ROME, de Enrico Marini
Mar 26 Nov - 22:42 par Laurent Marv

» SONDAGE , NOUVELLE DÉNOMINATION DU FORUM
Mar 19 Nov - 7:04 par scott59400

» CHIENNE DE GARDE , UN RECIT DE FARMACE RHAIDEN
Lun 28 Oct - 22:31 par Admin

» LA CHUTE DES THANES TOME 3 de Brian RUCKLEY
Sam 26 Oct - 22:50 par Laurent Marv

» LES PRIMARQUES de Graham McNeill, Nick Kyme, Gav Thorpe, Rob Sanders
Mar 22 Oct - 10:28 par Admin

» LA LEGION DES DAMNES de Rob SANDERS
Jeu 3 Oct - 20:32 par Admin

» Servir froid de Joe ABERCROMBIE
Mar 24 Sep - 6:11 par Laurent Marv

» LE DERNIER DES FRANCS de Michel PAGEL
Dim 22 Sep - 22:26 par Laurent Marv

» RENEGAT TOME I de Cameron MILES
Mer 18 Sep - 22:17 par Laurent Marv

» LEGENDS - STORIES IN HONOUR OF DAVID GEMMELL
Lun 16 Sep - 14:13 par Admin

» Fiche de Waylander
Lun 16 Sep - 13:58 par Admin

» ENTRETIEN AVEC RONAN LE BRETON (11 septembre 2013)
Lun 16 Sep - 13:42 par Admin

» DERNIERE QUERELLE, TOME III de Joe ABERCROMBIE
Lun 2 Sep - 13:04 par Laurent Marv


Partagez | 
 

 Votre critique de Dark Moon de David Gemmell

Aller en bas 

Votre avis sur Dark Moon !
1 Chef d’oeuvre
25%
 25% [ 1 ]
2 Excellent
50%
 50% [ 2 ]
3 Très Bon
25%
 25% [ 1 ]
4 Bon
0%
 0% [ 0 ]
5 Satisfaisant
0%
 0% [ 0 ]
6 Quelconque
0%
 0% [ 0 ]
7 Médiocre
0%
 0% [ 0 ]
8 Très Mauvais
0%
 0% [ 0 ]
9 Exécrable
0%
 0% [ 0 ]
Total des votes : 4
 

AuteurMessage
Admin
Admin
Admin
avatar

Messages : 698
Date d'inscription : 26/11/2012
Age : 39
Localisation : GIRONDE

MessageSujet: Votre critique de Dark Moon de David Gemmell   Jeu 27 Déc - 22:07

Le débat est lancé !




Dernière édition par Admin le Mar 5 Fév - 19:43, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://avalonfantasyforum.bbfr.net
Laurent Marv
Modérateurs
Modérateurs
avatar

Messages : 198
Date d'inscription : 02/12/2012
Age : 39
Localisation : GIRONDE

MessageSujet: Critique Dark Moon de David Gemmell   Mer 2 Jan - 22:14



" Des anciens peuples, seuls les humains ont survécu.
    Les paisibles Eldarins, les sages Oltors et les monstrueux Daroths ne sont plus qu'un souvenir, disparus de la surface du monde après une guerre sanglante.
Mais les humains ont la mémoire courte..."


Dans Dark Moon, David Gemmell stéréotype volontairement les notions de bien et de mal pour mieux les repenser par la suite.
Dans ce sens il nous relate l'existence passée de trois grandes races qui représentaient symboliquement ces notions dans leur forme la plus manichéenne.

Les Oltors, la race bienveillante par excellence a été anéantie par les Daroths (symbolisant le mal ultime) alors qu'elle venait de leur offrir asile.
Les Eldarins, spectateur du massacre des Oltors, n'interviendront que pour restaurer l'équilibre de la vie auquel ils sont attachés.
Finalement les Eldarains sortiront meurtries mais vainqueures des Daroths dont ils banniront l'existence dans une autre dimension.
La magie nécessaire au maintien de l'emprisonnement du mal ultime sera contenue dans une perle blanche, artefact symbolisant dans notre vision humaine la pureté par excellence.

Mille ans plus tard, les Eldarins vivent en marge d'une humanité qui n'aspire qu'à la domination et à la guerre.
C'est dans ce climat de guerre perpétuelle que jaillit la source de notre histoire.
Le fil du récit, semblables à trois ruisseaux sinueux,  verra le destin de trois personnages singuliers se croiser pour se fondre tel un torrent déchainer qui nous entrainera frénétiquement vers un dénouement qui tel un océan de sang emportera tout sur son passage.

Quatre duchés se vouent une haine fratricide pour la souveraineté de la région.
Le duc Sirano s'est emparé de la perle des Eldarins pensant qu'elle pourrait lui offrir les clefs d'un pouvoir décisif sur ses rivaux voisins.
Hélas, telle la boîte de pandore, la Perle révélera ses secrets tout en libérant sa magie.
Le fléau Daroth est lâché sur le monde, le massacre et l'extermination totale de l'humanité peuvent commencer...
L'apocalypse est en marche et rien ne semble pouvoir l’empêcher cette fois.

Parallèlement aux trois races anciennes dont découlent spirituellement la race humaine, David Gemmell propose un trio de héros assez surprenants.
Tarentio, mercenaire possédé par l'esprit d'un démon assoiffé de sang et de combat (Dace), Karis meneuse d'homme intrépide nymphomane et Duvodas un barde guérisseur refusant toute forme de violence.

En représentant le mal absolu sous l'aspect d'une forme de vie détaché de toute forme de conscience individuelle (les Daroth ont une conscience collective animale), David Gemmell renvoie les hommes vers leurs propres contradictions et leurs propres maux.
À l'image du duc Sirano qui se laisse abuser par la signification de la perle des Eldarins, les humains ont une vision étriquée de la signification de ces valeurs.
En les associant à des idées caricaturales, D G nous rappelle intelligemment que le bien et le mal chevauchent côte à côte dans l'ombre de nos pas.

En revisitant le mythe de la boîte de Pandore tout en défendant la thèse que nous sommes les artisans de nos maux, en nous proposant des héros aux personnalités complexes et torturées, il développe l’idée qu'à l’instar de Tarentio, Duvodas et Karis, la lutte contre la mal est avant toute chose un combat personnel.
Dark Moon propose l'une des plus belles histoires de David Gemmell avec ce style narratif propre à l'auteur alliant fluidité, immersion et sensibilité.
Incontestablement Dark Moon est un livre exceptionnel qui nous offre l'un des plus marquant dénouement de l'auteur.

Bien que Tarentio/ dace semble de prime abord le personnage central du roman, Duvodas sera incontestablement celui dont la destinée vous marquera le plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
Admin
avatar

Messages : 698
Date d'inscription : 26/11/2012
Age : 39
Localisation : GIRONDE

MessageSujet: CRITIQUE DE DARK MOON DE DAVID GEMMELL PAR FARMACE RHAIDEN   Dim 23 Juin - 15:37

CHRONIQUE DE FARMACE RHAIDEN SUR LA PAGE FACEBOOK (23/06/2013)


Le premier roman, celui qui nous fait rencontrer un auteur pour la toute première fois, est semblable à la première impression que l’on a face à une personne. Souvent, cette première impression se révèlera décisive sur notre future relation à cette personne, et dans le cas présent, à cet auteur. Son style, ses thèmes de prédilections, la qualité de son histoire, les détails...
Inconsciemment, on creuse beaucoup plus lorsque c’est la première fois.
En cela, Dark Moon, roman avec lequel j’ai découvert David Gemmell, fut une rencontre pour le moins explosive, et le début d’une longue amitié par livre interposé avec cet auteur britannique.

Le scénario en quelques mots : autrefois vivaient les Eldarins, peuple de grands magiciens et musiciens, philosophes et artistes totalement non violents, et apprentis d’une autre race aujourd’hui disparus, les Oltors. Cette race fut en effet éradiquée par les Daroths, étranges et génocidaires créatures carnivores (et accessoirement anthropophage), dont la civilisation est fondée sur la conquête permanente. Immenses, extrêmement résistants, ces monstres disparurent grâce aux Eldarins, qui eux même disparurent quand les humains vinrent leur chercher querelle.
Il n’est pas ici question d’éradication, mais bien de disparition : ils se volatilisèrent, ne laissant derrière eux qu’une perle noire…
Ici commence l’histoire proprement dite. Les humains sont désormais seuls habitants du monde et règnent en maîtres. Les quatre duchés se livrent une guerre sans merci, ceci dans le but de posséder ladite perle, source d’interrogations et de convoitises pour les seigneurs et magiciens. Alors que la perle subit de la part de son actuel possesseur une nouvelle attaque magique, le monde tremble. Quelque part au sein du pays, une immense ville vient d’apparaître, sous une lune noire d’ébène. Les Daroths sont de retours.
Certes, de prime abord, on peut craindre que l’idée d’une ancienne menace qui refait surface forçant les ennemis d’hier à devenir les alliés d’aujourd’hui ne soit éculée, déjà vue, et en somme, caricaturale.
 En cela on est rapidement détrompée par la nature froide des Daroths qui sont totalement en dehors de notions telles que le bien et le mal.
En effet, cette race de puissants guerriers n’est pas en tant que telle « démoniaque » au sens traditionnel du terme. Ils sont simplement poussés par un égoïsme leur faisant voir ce qui est bien pour eux seuls comme « le bien », et ce qui les retarde ou s’oppose à eux comme « le mal ». En cela on s’éloigne du cliché du méchant dévoué à un culte infernal prenant son plaisir dans la souffrance et autres joyeusetés, ce qui est déjà un bon point. Ce n’est toutefois certainement pas là que ce roman se révèle être de grande qualité.

Ce qui fait de Dark Moon un roman exceptionnel réside dans ses personnages hauts en couleurs, profonds, complexes, non-manichéens, attachants, puissants…
Dans ce roman réside peut-être la quintessence de ce que Gemmell aura su concevoir de plus abouti en termes de personnages. Tarentio, bretteur mercenaire d’exception ; Karis, jeune capitaine d’une troupe de mercenaires, collectionneuses d’amants et fine tacticienne ; Duvodas, harpiste exceptionnel ayant été élevé par les doux Eldarins peu avant qu’ils ne se volatilisent, et porteur d’une magie au potentiel insoupçonné… les personnages prenant rapidement de l’importance, tant dans l’action elle-même que dans la part sentimentale qu’ils apportent à l’intrigue, sont trop nombreux pour être tous cités.
Nobles, guerriers, inventeurs, courtisanes, magiciens ou mercenaires, ont tous une part de ce qui rend le récit agréable à lire. L’un d’entre eux ne peut cependant être ignoré : Dace, la seconde âme de Tarentio. Ici réside un point clef du roman, conférant à Tarentio une double aura, à la fois héroïque et inquiétante, bonne et malsaine, ambigüe et changeante. Le héros n’est pas seulement un « gentil », mais recèle une part d’ombre qui prend vie indépendamment pour mieux transcender le personnage. Doublement intéressant, Dace/Tarentio est un savant mélange de héros et d’antihéros coincés en un seul et même corps. Là où chaque personnage apporte au récit une subtilité qui lui est propre, on appréciera l’honorable Tarentio, de même que l’on se surprendra à rire avec Dace lorsqu’il brise os et membre.
Concernant le style même, on ne peut que dire « c’est du Gemmell ».

Les combats sont intenses et bien menés, les scènes de discussion, et plus globalement tout ce qui n’est pas du ressort du combat, n’est jamais ennuyeux. On prend le temps de s’attacher aux personnages en quelques pages à peine, et l’alternance de brutalité guerrière, d’intrigue politique et commerciale, de trahison, d’amour, et même d’érotisme, nous procurent un tableau pour ainsi dire complet de ce que la Fantasy Gemmellienne peut offrir de meilleur.
Le lecteur qui ne connait pas encore Gemmell se fera un plaisir de le découvrir avec cette fresque aussi belle que forte, tandis que l’habitué de cet écrivain retrouvera en moins de 350 pages tout ce qui fait de Gemmell un éternel incontournable de ce genre. Dark Moon peut sans aucun doute figurer dans la catégorie des livres qu’on peut lire et relire avec un plaisir sans cesse renouvelé.

Il s’agit sans conteste de l’un des meilleurs romans isolés de cet auteur, si ce n’est le meilleur tout court.
Seule ombre au tableau : son faible nombre de pages qui nous laisse une vague impression de frustration.
Aimer le style Gemmellien est une condition sine qua non pour apprécier cet ouvrage, c’est une évidence, aussi conviendra-t-il de rappeler qu’une intrigue complexe et une grande subtilité scénaristique ne sont pas ce qui fait la force de ce roman.

A consommer sans modération si vous aimez la Fantasy qui va droit au but sans pour autant ne constituer qu’une succession incessante de combats.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://avalonfantasyforum.bbfr.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Votre critique de Dark Moon de David Gemmell   

Revenir en haut Aller en bas
 
Votre critique de Dark Moon de David Gemmell
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» DARK MOON de David Gemmell
» [Gemmell, David] Dark Moon
» Gemmel David - Dark moon
» [David Gemmell] Dark Moon
» Le Roi sur le Seuil, David Gemmell (15/20)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AVALON FANTASY FORUM :: ROMANS :: LITTÉRATURE PAR GENRE :: ROMANS FANTASY ET HEROIC-FANTASY :: David et Stella GEMMELL :: LES ROMANS ISOLES ET LES CYCLES :: LES ROMANS ISOLES :: Dark Moon 1996-
Sauter vers: